GAZ VERT
Plein gaz sur le biométhane « made in Aura »

Acteur de la transition énergétique, GRDF mise plus que jamais sur le biométhane. Une transition qui s’opère localement grâce à l’appui des agriculteurs. Les habitants de la région semblent être au rendez-vous de cette dynamique puisque 4 habitants sur 5 se déclarent favorables au gaz vert.

Plein gaz sur le biométhane « made in Aura »
Guilhem Armanet, directeur client territoires GRDF Sud-Est. ©BV_Apasec

GRDF en Auvergne Rhône-Alpes c’est un réseau de distribution relativement dense de 24 700 km raccordant 1 150 communes. Alors qu'un foyer sur trois utilise le gaz pour se chauffer dans la région, la distribution de gaz vert apparaît comme un enjeu majeur de la transition énergétique et le biométhane s’inscrit parfaitement dans cette logique. Produit à partir de déchets biodégradables, le biométhane « made in Aura » est déjà bien implanté et continu sa progression. GRDF compte déjà 30 sites de méthanisation en service en Auvergne Rhône-Alpes et une vingtaine de plus sont attendues cette année. Cela devrait permettre de franchir le cap des 400 GHw de biométhane injecté dans le réseau, soit l’équivalent de 100 000 foyers chauffés au gaz vert pendant une année. Si trois départements tirent cette dynamique : l'Isère, la Drôme et l’allier, dernièrement plusieurs sites a comme Métha-Val-de-Saône dans le Rhône, Méthamode à Saint-Cyr-sur-Menthon dans l'Ain et SAS pleine d’Energie à Précieux dans la Loire ont été mis en service.

Les agriculteurs : acteurs majeurs de la méthanisation

Guilhem Armanet, directeur client territoires GRDF Sud-Est l’annonce : « Pour atteindre l’objectif de 100 % de gaz renouvelable dans nos réseaux avec une indépendance énergétique totale en région Aura d’ici 2050, nous voulons travailler encore plus étroitement avec l’ensemble des acteurs : élus, promoteurs, transporteurs, professionnels du gaz et notamment les agriculteurs ». Pour lui, les agriculteurs constituent le cœur de cette stratégie : « Nous devons les accompagner pour organiser des visites de site, aider au montage des projets et donner de l’information via entre autres le site www.auvergnerhonealpes-ee.fr. Une opération visant les jeunes est également en cours avec une tournée régionale des lycées agricoles afin d’informer et convaincre les agriculteurs de demain. Alois Klein, éleveur de bovins et chevaux à Pomeys dans le Rhône et président de la SAS Méthamoly, s’est lancé dans la méthanisation il y a 10 ans. Aujourd'hui, c’est une réussite : « L’activité nous permet d’injecter du biométhane dans le réseau GRDF pour alimenter 1 500 foyers au niveau local et de contribuer ainsi à l’autonomie énergétique ». Méthamoly traite les 10 000 tonnes d’effluents de six fermes (800 bovins), mais aussi 7 000 tonnes de résidus de l’industrie agroalimentaire, déchets organiques. Pour Alois Klein, « c’est un véritable service rendu au territoire et aux habitants de la région enclins à l’énergie verte ».

Baptiste Vlaj

 

ENQUÊTE / Près de 8 habitants sur 10 ont une image favorable au gaz vert

GRDF a présenté les résultats d’une vaste étude menée sur 2 000 personnes représentatives de la région Auvergne-Rhône-Alpes. L’enquête aborde le thème de l’usage et la perception du gaz vert. Un état des lieux jugé crucial et nécessaire par Guilhem Armanet, le directeur client territoires GRDF Sud-Est : « Une étude comme celle-ci nous permet de connaître finement les attentes sur le territoire pour adapter au mieux nos actions futures, notamment en matière d’information, d’accompagnement des politiques publiques et pédagogiques ». Selon l’étude réalisée par Becoming, 77 % des habitants de la région Aura ont une perception positive du gaz vert tandis que 69 % sont prêts à en consommer dans leur foyer. Un enthousiasme général qui contraste avec des connaissances peu étendues sur le sujet, « moins d’une personne sur deux sait que l’on produit du gaz vert dans la région et seulement une sur trois sait que le biométhane est déjà injecté dans le réseau ». Pour Guilhem Armanet : « Cette étude montre des attentes fortes chez les habitants de la région. Ils ont besoin d’être informés et guidés dans leurs choix, et c’est aussi notre rôle de le faire ».