CLIMAT
COP 26 : la grande muraille verte sur les rails

La Conférence des parties des Nations unies contre le changement climatique (COP 26) a officiellement ouvert ses portes le 1er novembre à Glasgow (Écosse). Une première décision d’importance a été prise : la création d’une grande muraille verte en Afrique.

COP 26 : la grande muraille verte sur les rails
La COP 26 a décidé la création d’une grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel de 7 800 km, passant par onze pays.

Reprenant les conclusions de l’accord de Paris sur le climat en 2015, la COP 26 s’est engagée à ce que le seuil du réchauffement climatique ne dépasse pas les 1,5 °C au cours du siècle. Elle souhaite aussi réduire de 45 %, d’ici à 2030, les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). Enfin, pour se placer sur une trajectoire permettant d'atteindre « zéro émission nette » en 2050, les émissions mondiales de CO2 devraient tomber à un niveau de 25 milliards de tonnes par an d'ici à 2030, avant de poursuivre leur déclin. Mais selon le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), la planète a déjà gagné environ 1,2 °C et le seuil de 1,5 °C pourrait être atteint dès 2030. Par ailleurs, le chiffre de 25 gigatonnes d’émissions de GES en 2030 risque de ne pas être atteint : Le Giec estime qu’en 2020, les 7,7 milliards d’humains rejetaient encore près de 60 gigatonnes (59,1 exactement).

100 millions d’ha

En attendant, la réalisation de ces objectifs, la COP 26 a décidé la création d’une grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel (GMV). En réalité, ce projet a déjà été présenté en 2002 par l’Union africaine avant d’être officiellement lancé en janvier 2007. L’idée est de créer une mosaïque d’écosystèmes verts et productifs (notamment agricoles et forestiers) sur une ligne partant de Dakar (Sénégal) et allant jusqu’à Djibouti. Cette GMV large de 15 km et s’étalant sur 7 800 km doit passer par onze pays, représentant une superficie de 117 000 km 2, soit 11,7 millions d’ha. L’objectif étant à terme d’étendre ce projet à 100 millions d’ha. Le président Emmanuel Macron semble lui-même convaincu par ce projet pharaonique qui suscite pourtant des critiques sur sa stratégie et son utilité. Il y voit « une initiative essentielle qui doit permettre de lutter contre la désertification et de proposer des solutions économiques », a-t-il déclaré le 1er novembre à la tribune de la COP 26. La GMV qui n’est à ce jour réalisée qu’à 15 %, doit permettre la séquestration de 250 millions de tonnes de carbone et de créer dix millions d’emplois.  « Avec les efforts concertés de tous les dirigeants africains, je suis optimiste que l'ambition de l'Afrique de restaurer plus de 100 millions d'hectares de paysages dégradés pour une agriculture productive est réalisable », a souligné de son côté le président du Nigeria Muhammadu Buhari. Il a en outre rappelé que l'une des principales recommandations du quatrième Sommet sur la biodiversité, organisé par le gouvernement français à Paris le 11 janvier 2021, était l'engagement de 19,6 milliards de dollars (Md$) par la communauté internationale pour la mise en œuvre de cette GMV. Sur ces presque 20 Md$, près de la moitié, 48 %, « ont été engagés », a confirmé le chef de l’État français. La France a d’ores et déjà budgété 120 millions d’euros par an sur les cinq prochaines années.

C.Soulard

COP 26 / Méthane et déforestation dans le viseur

Près de 90 pays se sont mis d’accord, le 2 novembre, sur leur volonté de réduire les émissions de méthane de 30 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2020. 20 à 80 fois plus destructeur que le gaz carbonique, il est responsable de 0,5 °C du réchauffement sur les 1,1 °C que nous connaissons actuellement. Ils sont aussi plus de 100 pays, parmi lesquels la Chine, la France, le Brésil, le Congo (etc.) abritant 85 % des forêts mondiales à s’être engagés « à enrayer la déforestation d'ici à 2030 pour protéger le climat ». Les forêts abritent la majeure partie de la biodiversité terrestre du monde, fournissant un habitat à 80 % des espèces d'amphibiens, 75 % des espèces d'oiseaux et 68 % des espèces de mammifères. De 2015 à 2020, c’est l’équivalent de l’Islande (103 000 km2) qui a été déboisé et 1,76 million de km2 soit l’équivalent de la Libye depuis 1990. Selon le Premier ministre britannique, Boris Johnson, et les Nations unies, l'agriculture est directement responsable de 80 % de la déforestation, l'exploitation forestière étant responsable de 14 % supplémentaires.