Publié le 22/02/2020 à 05:00 / Yolande CARRON

HOMMAGE

La cinquantaine de producteurs de la coopérative Bresse Val de Saône et des anciens proches de l’URCVL(1) démantelée en 2009, se sont réunis pour fêter le départ à la retraite de Martial Darbon le bâtisseur de la marque « c’est qui le patron ? ».

Martial Darbon l’homme  qui a changé le système

Il s'est fait avoir comme un bleu Martial, ! Comme le bleu de sa brique de lait « C'est qui le patron ? ». Alors qu'il embarquait avec toute sa famille pour le repas du sou des écoles de Marsonnas, la voiture l'a conduit à la salle des fêtes de Chevroux, vendredi soir, où plus de 130 personnes l'attendaient. Wilfried Paccaud, président de la coopérative Bresse Val de Saône qui lui a succédé, avait préparé la fête depuis 2 mois en rassemblant tous les producteurs de lait qu'il a sauvés de la faillite il y a trois ans. Le charismatique président, un rien surpris n'a rien laissé transpirer. Il a vite retrouvé sa verve et sa rapidité légendaire pour saluer chaleureusement chaque personne. Martine, son épouse, fidèle à elle-même lui a emboîté le pas.

Retour sur des années de crise

« Nous étions dans une situation de détresse absolue il fallait trouver une solution pour ces 56 fermes qui faisaient vivre 80 familles. Le Carrefour de Vonnas était à côté d'un chef étoilé et les producteurs de lait du coin ils crevaient, inacceptable pour moi » s'enflamme Martial. Alors il distribue des tracts dans les supermarchés de la région. Le directeur de Carrefour Market de Vonnas, Marc Delage, rencontre l'agriculteur, et lui promet de faire tout ce qu'il peut pour l'aider « ce fût magnifique » dira Martial. La première réunion s'est faite à Pont-de-Vaux. « C'est une histoire d'homme où la poignée de main a fait foi, sans Martial nous ne serions plus là » insiste Sébastien Grezaud, producteur à Saint-Trivier-de-Courtes. Après l'histoire se déroule comme au théâtre. Entre en scène Nicolas Chabanne, qui a lancé le collectif « les Gueules cassées », contre le gaspillage, puis Emmanuel Vasseneix de la Laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel (LSDH) dans le Loiret où le lait sera embouteillé et Bertrand Swiderski, directeur développement durable chez Carrefour qui s'engage à mettre le lait dans ses rayons. Le décor est posé
« C'est qui le patron ? » le lait au cahier des charges fixé par le consommateur voit le jour. Sur un litre de lait vendu 99 cents d'euros, les producteurs perçoivent désormais 0,39 € au lieu des 0,21€. « C'est la première fois qu'un paysan arrive à faire copain copain avec Carrefour » s'esclaffera Martial.

Des gens de conviction

Paul Pitiot, ancien responsable de l'URCVL était présent. Ami de longue date des Darbon il a rendu un vibrant et sincère hommage à Martine et Martial « Trente ans qu'on se connait qu'on se supporte qu'on se comprend. Martial tu étais exigeant voire intransigeant. Bravo pour ta capacité à surmonter les problèmes. Quant à Martine, elle m'envoyait les rapports d'assemblées générales et surtout elle mettait les idées de Martial en forme ce n'était pas une chose simple ! Je l'en remercie ». Martine a toujours été là pour l'épauler dans la gestion de la coopérative. Elle a assuré la pérennité de l'exploitation pendant que Martial cherchait des débouchés. Ils ont vécu pour les producteurs en oubliant parfois leur vie personnelle.

Le mot du patron

Martial, avec toute la magnanimité que chacun lui connait s'est adressé au groupe comme il aime à le dire. « J'ai un immense respect pour vous tous. Notre réussite, c'est un effet de groupe qui n'a jamais déconné, personne ne s'est désolidarisé. C'est un grand bonheur pour moi qui vous ait embarqué dans cette affaire. Pas besoin de signer des centaines de papiers pour se comprendre. Il me faudrait trois jours pour citer et remercier tout le monde». Celui qui se plaît à dire : « lorsqu'on partage en deux on mange quand même la moitié » n'en a pas terminé de diviser son temps maintenant que la retraite a sonné. Entre ses deux enfants et huit petits-enfants il a aussi une famille qui l'attend. « Vous savez quand vous avez des vaches à traire tous les jours la famille c'est elle qui vient à vous. Mais maintenant c'est moi qui vais aller la voir puisque j'ai le temps ». Et bien sûr l'homme qui a marqué de son empreinte la brique de lait bleu n'a pas fait la coupure brutale avec « C'est qui le patron ? » « Je saute dans le TGV pour Paris et rejoindre les bureaux dès qu'il le faut ! » s'exclame le tourbillon Martial avec son sourire sincère devenu mondialement connu.

Yolande Carron

(1) URCVL : Union Régionale des Coopératives de Vente de Lait

 

 

Témoignages

Martial, tu es mon énergie
Bertrand Swiderski, directeur développement durable Carrefour, était présent. Il a confié avoir pris conscience de la difficulté des éleveurs par la voix de Martial.« La détresse elle était vraie. J’ai voulu l’aider ». C’est l’histoire très humaine de gens qui vont jusqu’au bout de leurs idées. Martial a bougé tout le système. Il n’a jamais rien lâché. Il a fait un job qui dépasse les frontières. Il y a un grand pas de fait mais pas assez il faut aller encore plus loin ». Bertrand Swiderski travaille sur ce système avec l’Espagne et l’Italie.


Tu resteras un grand bonhomme


Emmanuel Vasseneix, dirigeant de la Laiterie de Saint-Denis-de-l'Hôtel (LSDH) dans le Loiret, qui n’avait pas pu faire le déplacement a rendu hommage au leader de « C’est qui le patron ? » par le biais d’une vidéo.
Il se souvenait encore du premier ramassage du lait le 19 septembre 2016. « Martial, tu as porté l’enjeu de la Bresse, permis de faire vivre et survivre des producteurs et leurs familles. « C’est qui le patron ? » gardera ton empreinte. On se souviendra longtemps de celui qui a réussi en plein plan Vigipirate à entrer avec son tub Citroën à l’Elysée et qui marchait sur les champs avec sa brique bleue géante. Puis il a tenu à souligner la patience et l’efficacité de son épouse Martine qui a été de tous les instants. « C’est une personne apaisante qui apportait de l’humain et remettait les choses à leur juste réalité.
Tu resteras un grand bonhomme une grande et belle personne qui incarne bien ce que devrait être le monde agricole ».

 

En chiffres…

Le lait au cahier des charges est rémunéré 0,39 € par litre de lait.10 M de litres de lait vendus les premiers 6 mois.114 M d’exemplaires entre 2016 et 2019.On le trouve dans 5000 magasins carrefour et 17 autres enseignes.«C’est qui le patron ? » la marque du consommateur commercialise aujourd’hui une trentaine de produits, à l’image de la viande et, très prochainement, des pommes de terre.

 

Mots clés : C'EST QUI LE PATRON