Publié le 16/10/2019 à 14:00 / Yolande CARRON

CONSEIL DEPARTEMENTAL

Lors d’un point presse, Jean Deguerry, président du conseil départemental, s’est livré à l’inventaire des travaux et des projets en cours dans l’Ain.

Jean Deguerry, s’est livré à un tour d’horizon des projets en cours et à venir dans le département.

C'est en rendant un hommage sincère à la collégienne de 12 ans décédée au collège Jean Moulin de Trévoux que Jean Deguerry a débuté sa conférence de presse. Il a fait un bilan des projets scolaires, sociaux, routiers et touristiques qui se dérouleront prochainement.

Le scolaire

Retour sur le chéquier jeune qui monte en puissance. D'un montant de 100 euros, il permettra aux jeunes de l'Ain inscrits en classe de niveau collège (collèges, Maisons familiales rurales, Instituts médico-éducatifs...) de financer des loisirs artistiques ou culturels avec 450 partenaires. Cette année il sera envoyé directement aux familles « c'est un vrai soutien » a résumé le président, en ajoutant qu'un investissement massif dans l'informatique sera fait pour les collèges, 3,7 M d'euros. 4500 postes sont à changer. 8000 postes neufs sont prévus. L'Ain compte 36 000 collégiens.

Un pont Jacques Chirac

Parmi les grands travaux, celui qui relie Pont-de-Vaux à Montbellet. Il sera reconstruit et rebaptisé. De pont Fleurville il deviendra pont Jacques Chirac. Les travaux devraient s'achever en 2022 après 24 mois de travaux. Il se composera de deux voies de 3,5 M une voie cycliste et une voie pour les piétons. Pour Jean Deguerry « c'est un pont qui unit les populations. Il aura des impacts positifs sur l'économie locale ». Gros investissements prévus aussi sur Bourg-en-Bresse avec le désenclavement de la rocade sud et dans le pays de Gex où des chantiers routiers de restrictions de circulation ont débuté. Du côté de Bellegarde-Vallery, un échangeur à deux voies est à l'étude. Prévu aussi dans le cadre du CPER (contrat de plan État-région) un désenclavement routier entre Ambérieu et Belley pour améliorer les conditions de circulation et de sécurité.

On repasse à 90 km/h ?

Jean Deguerry l'avoue « cela n'a pas fait baisser la mortalité dans le département de rouler à 80 km/h. Je regrette que l'État nous prenne pour des lapins de trois semaines et l'absence de concertation. J'aurais préféré qu'il nous interroge. Nous sommes dans l'attente du vote de la loi ». Dans l'Ain cela représenterait 1400 panneaux à remettre avant la fin de l'année pour un coût de 1,4 M d'euros hors pose.

Aider les communes

Suite aux États généraux de 2018, un plan d'aide aux communes sera dévoilé au salon des maires. Il prévoit entre autres une aide pour le patrimoine de proximité et la transition écologique que le conseil départemental financera à concurrence de plusieurs millions d'euros. « Le département doit s'investir, aider les projets structurants. Pas de département fort sans commune fortes » a martelé Jean Deguerry. Vaste chantier de prévu pour les communes de moyenne montagne. Pour les aider à vivre du ski. Ain tourisme sera présent dans la gouvernance.

Pénurie de médecins

« Le manque de médecin est un fléau, c'est un sujet qui nous touche. L'Ain est le département le plus mal placé de France dans la liste des déserts médicaux pourtant il est celui qui est le mieux doté pour les infrastructures ». Une étude a été réalisée par des élèves de Sciences Po afin de cerner le problème. En fin d'année sera présenté un plan, le président du conseil départemental entend bien renverser la tendance en conduisant de vraies actions. « Il nous faut le poids du département pour cela. Ce plan intéressera les communautés de communes et l'Agglo ».

Yolande Carron

« J’adore le bœuf ! »

Lorsqu’on lui parle de la Viande des Pays de l’Ain, Jean Deguerry trouve que c’est une excellente initiative pour notre département et lâche même « personnellement j’adore le bœuf ! ». Tout en rappelant que « jamais le département n’a fait autant pour l’agriculture ». Chaque année, un budget de 5 M d’euros lui est alloué. « C’est capital de valoriser les produits de nos filières, nous sommes gâtés de les avoir, il faut les faire connaître ». Le prochain salon de l’agriculture en février 2019 s’annonce déjà comme un événement majeur pour les saveurs de l’Ain et la Viande des Pays de l’Ain. Le président a confié qu’il inscrirait la Viande des Pays de l’Ain au menu lors des cérémonies organisées par le conseil départemental.

Bientôt les municipales

A six mois des municipales, un maire sur deux ne se représenterait pas. 71% d’entre eux mettent en avant leur souhait de privilégier leur vie professionnelle et familiale, d’autres évoquent leurs difficultés à répondre aux exigences des administrés et font état aussi de la violence parfois subie. Pour Jean Deguerry cela est une triste réalité qu’il comprend. Il n’a toutefois pas caché sa volonté de travailler sur un véritable statut pour les élus. « Les former et leur assurer une protection serait une bonne formule »

Les Planons autrement

Le musée des Planons à Saint-Cyr/Menthon va changer. Il pourrait devenir une vitrine pour valoriser tous les produits de l’Ain. 18 000 personnes font escale chaque année. Jean Deguerry a déjà son idée pour le transformer. « Il doit devenir une authentique surface de vente. Il faut privilégier la surface des produits aindinois. Nous avons l’outil, à nous de le transformer. Il ne doit pas être qu’un lieu de traverse mais aussi d’arrêt pour l’automobiliste qui y vient. Lui faire connaître les richesses de notre département, tel est l’objectif ». Le projet sera dévoilé en mars et on sait déjà que le musée des Planons changera de nom.

L’Ain c’est…

6000 habitants de plus chaque année, ce n’est pas rien.
16 MDPH (maison départementale des personnes handicapées) vont être mises en place. Elles seront centralisées autour d’un numéro d’appel unique le 3001. L’Ain est le premier département à basculer dans cette dynamique digitale. 500 agents seront concernés d’où les mouvements de grève du lundi
7 octobre. Sans trop s’étendre sur le sujet, Jean Deguerry a aligné trois mots « proximité, efficacité, modernité. Nous ne pouvons plus nous satisfaire d’un système qui a 20 ans. Mais que tout le monde se rassure, personne ne sera mangé ».

 

Mots clés : CONSEIL DEPARTEMENTAL