Publié le 11/09/2019 à 06:00 / Chef Rédacteur

FORET-BOIS

La prolifération des scolytes (insectes ravageurs des épicéas) dans le département de l’Ain, favorisée par les périodes de sécheresse et de chaleur qui ont fragilisé les arbres, atteint un niveau inédit.

Scolytes : des mesures de lutte rendues obligatoires pour les propriétaires forestiers de montagne

Elle engendre des conséquences économiques non-négligeables, puisque les bois « scolytés » restant sans débouché, se dessèchent en forêt et représentent un risque pour les personnes en cas de chute. En conséquence, la préfecture de région a publié le 9 août un arrêté réglementant les modalités de lutte phytosanitaire contre ces parasites dans les communes du massif du Jura (Revermont, Bugey et Pays de Gex).
Il rend obligatoire le mise en place de moyens de lutte.
Ainsi, sur les parcelles forestières, les propriétaires privés et publics sont tenus de prendre les mesures préventives suivantes : faire procéder à la reconnaissance et l'abattage des arbres porteurs d'insectes. Ces arbres devront ensuite être évacués à plus de 5km, dans un délai de 3 semaines à partir des premiers signes de l'attaque.
Ou à défaut, par méconnaissance de la date des premiers signes d'attaque, dans un délai de deux semaines. Il s'agit aussi de couper les bois scolytés secs dans les meilleurs délais.
L'arrête prévoit des mesures préventives. Il est obligatoire de faire évacuer les épicéas sains, après abattage, à plus de 5km de tout massif forestier ou écorcer et stocker les arbres sous aspersion dans toutes les coupes en cours. Ceci dans les 3 semaines qui suivent l'abattage d'avril à octobre et avant fin avril pour les exploitations de novembre à mars.
En cas de non-respect par les propriétaires, de ces mesures, les contrevenants s'exposent à des peines maximales de six mois de prison et 30 000 euros d'amende.

Pour connaître l'intégralité de l'arrêté et la liste des communes concernées : DDT de l'Ain.

 

Mots clés : FORET-BOIS