Publié le 09/05/2018 à 00:00 / Yolande CARRON

JURAMONTS

Réunis à Epenoy le 25 avril, les adhérents de Juramonts Comté ont confirmé que parler d’une même voix fait la force de cette union.

Une assistance importante pour saluer les travaux engagés par Juramonts Comté.

En préalable à la table-ronde, « Radio-Fromage » s'est invitée à l'assemblée générale de Juramonts Comté en présentant trois scenarii de stratégies pour la coopérative et ses partenariats avec Monts & Terroirs Sodiaal. En fin de matinée, son président en fait à nouveau état. « Radio Fromage dit-elle vrai ? », interroge Franck Pourcelot. « Info ou intox ? » L'intérêt individuel prévaut-il sur les intérêts collectifs de ce modèle coopératif ? La rémunération du capital est-elle réellement la seule finalité de l'entreprise Monts & Terroirs ? « Je le redis bien haut et fort devant vous aujourd'hui : non ! ».
Pour preuve, chacun travaille en toute transparence, dans les organes collectifs de pilotage des filières. Comme les acteurs le font dans les fruitières et dans l'entreprise. En toute transparence dans l'intérêt commun des produits et des producteurs. « Mais parfois, le collectif ne rime malheureusement pas avec le coopératif. » Juramonts travaille au quotidien, aux côtés de ses coopératives, de son affineur, pour faire fructifier sa chaîne de valeur et la rendre encore plus efficiente. « Nous sommes dans un vrai beau modèle qui renforce chaque jour davantage notre comté et nos fruitières. » Cette chaîne de valeur n'est pas qu'un outil économique performant. « C'est aussi, et c'est ce qui fait sa force, une chaîne qui a pour ADN la coopération : démocratie, équité, écoute, dialogue et respect. » Mais forcément cela provoque aussi des débats, de la controverse, voire des échauffements pour des stratégies qui, au final, devront être partagées.

Échanges et construction

La rencontre avec Sodiaal dans Monts & Terroirs n'est pas un hasard, même si cela pouvait ne pas être une évidence au départ. « Échanger et construire avec une coopérative, même de dimension internationale, est pour nous paysans franc-comtois, plus naturel que de cohabiter avec des entreprises pure- ment capitalistiques. »
S'il est question à un moment de mettre en avant l'actionnariat, ce-lui-ci ne prime pas sur les relations partenariales ; même si, par moment, le dialogue est musclé. « Travailler pour rechercher et cultiver la valeur, améliorer la rémunération des producteurs de lait, est-ce tellement loin de ce que nous cherchons à faire par notre modèle de fruitière ? Franchement, je ne pense pas. » Ralentir, voire essayer de détruire cette force, pénaliserait à terme toutes les filières AOP.
Il faut laisser la possibilité à Monts & Terroirs d'ouvrir d'autres marchés. « Ne laissons pas les stratégies individuelles et individualistes de certains casser la dynamique de croissance et la beauté de notre filière Comté. »
L'originalité des coopératives et la qualité des fromages sont le fil rouge de Juramonts Comté, grâce à l'engagement des producteurs mais aussi des fromagers. « N'oublions jamais : l'union est notre force », martèle Franck Pourcelot.

Dominique Gouhenant

 

En chiffres

Juramonts Comté est une union de coopératives au service de leur comté et de leur dynamique, qui compte 320 producteurs répartis sur le Doubs, le Jura et l’Ain - membres des 1 100 producteurs représentés au sein de TFCS (Terroirs de Franche-Comté et des Savoie). Juramonts Comté, c’est aussi dix-sept coopératives adhérentes et dix-huit ateliers qui transforment entre 2 et 8,5 M l de lait soit 170 à 800 t de comté produites par les ateliers. Au niveau de la filière, Juramonts Comté produit 7 600 t de comté en blanc par an, soit 12 % de la filière comté. Son partenaire affineur coopératif est Monts & Terroirs. Juramonts Comté l’approvisionne à hauteur de 48 %. N’oublions pas la crèmerie, une filiale basée à Poligny.
Mots clés : COMTE JURAMONTS