Publié le 10/11/2017 à 00:00 / Yolande CARRON

GRILLE DES SALAIRES

Les partenaires sociaux de la production agricole se sont réunis le 27 septembre dernier et ont abouti à la signature d’un accord salarial, applicable à compter du 1er janvier 2018. Cet accord prévoit une revalorisation de 0,09 € des échelons du niveau 1 au niveau 4 de la grille des salaires conventionnels, de 0,11 € pour les TAM niveau 1 et 0,12 € pour les TAM niveau 2.

Revalorisation de 0,09 € des échelons du niveau 1 au niveau 4 de la grille des salaires conventionnels.

Dans un contexte économique difficile pour de nombreuses filières de la production agricole, et face à l'absence de visibilité sur certains dossiers (réforme du code du travail, pénibilité, aides à l'emploi ...), la hausse des salaires conventionnels reste limitée. La grille des salaires est négociée entre les représentants des employeurs de la production agricole et ceux des organisations syndicales de salariés. Elle constitue le minimum légal applicable en fonction de la qualification des salariés. Ce minimum s'impose donc à toutes les entreprises agricoles, quelles que soient leurs productions. Les plus fragiles ne doivent donc pas être mises en péril par une hausse trop importante de leur masse salariale. Libre ensuite aux entrepreneurs de définir la politique de rémunération de leurs salariés et d'aller au-delà de ce minimum.
« Notre rôle est de défendre les responsables de Cuma de l'Ain. Nous veillons ensuite à ce que les grilles soient respectées, ce qui est largement le cas dans notre réseau. Nous avons tenté de limiter les hausses de salaires eu égard à la conjoncture agricole, mais sans refuser en bloc les arguments des salariés. Chaque employeur est libre ensuite d'appliquer ce qu'il veut en termes de rémunérations », explique Didier Perdrix, président de la FDCuma de l'Ain, qui a participé aux discussions côté employeurs.
Même son de cloche du côté des horticulteurs et pépiniéristes : « nous avons négocié avec des représentants locaux des organisations syndicales de salariés, qui connaissent très bien la situation agricole, que ce soit en production ou en transformation. [...] La grille des salaires conventionnels est une ligne de conduite. Les métiers agricoles et para-agricoles sont à faible valeur ajoutée : c'est donc par leur temps de travail et en faisant des heures supplémentaires que les salariés peuvent augmenter leurs rémunérations. C'est une réalité en agriculture », défend quant à lui Loïc Galland, représentant la fédération nationale des horticulteurs et pépiniéristes.

P. Niclausse / S.D

Salaires bruts minimum en € applicables au 1er janvier 2018 :

Emplois d'exécutant
• Niveau 1 Échelon 1 : 9,76 €/h soit 1480,30 € / mois*
• Niveau 1 Échelon 2 : 9,92 € / h soit 1504,57 € / mois*
Emplois spécialisés
Niveau 2 Échelon 1 : 10,12 € / h soit 1534,90 € / mois*
Niveau 2 Échelon 2 : 10,34 € / h soit 1568,27 € / mois*
Emplois qualifiés
Niveau 3 Échelon 1 : 10,59 € / h soit 1606,19 € / mois*
Niveau 3 Échelon 2 : 10,80 € / h soit 1638,04 € / mois*
Emplois hautement qualifiés
Niveau 4 Échelon 1 : 11,44 € / h soit 1735,10 € / mois*
Niveau 4 Échelon 2 : 11,73 € / h soit 1779, 09 € / mois*
TAM N1 : 12,32 € / h soit 1868,57 € / mois*
TAM N2 : 12,74 € / h soit 1932,28 € / mois*
 
*Salaire brut mensuel pour 151,67 h

 

 

Mots clés : PRODUCTION AGRICOLE SALAIRES CONVENTIONNELS SALARIES AGRICOLES
Publicité