Publié le 06/03/2018 à 00:00 / Sébastien DUPERAY

SALON DE L'AGRICULTURE

Le stand de l'Ain a profité cette année d'un bon emplacement et d'une forte affluence. Le restaurant des Saveurs de l'Ain, quant lui, a tenu toutes ses promesses.

L'Ain a tenu ses promesses

La 55e édition du Salon de l'agriculture a fermé ses portes dimanche soir sur une nouvelle hausse de fréquentation, avec 672 568 visiteurs enregistrés sur les neuf jours de l'événement. Témoins de l'intérêt des Français pour le SIA et, plus largement, pour leur agriculture, les exposants ont montré tout ce que la production agricole française recelait de richesses et de savoir-faire. Ce fut le cas du département de l'Ain et de ses représentants. Implanté à proximité de l'une des entrées du grand hall des régions et du stand d'Auvergne-Rhône-Alpes, le stand de l'Ain a profité d'un très bon emplacement et d'une très forte affluence. Sur un espace rénové, l'Ain a misé sur la diversité de ses terroirs, sa renommée gastronomique et les qualités d'accueil d'un département où il fait bon séjourner et se ressourcer.

 

Les filières agricoles de l'Ain ont affiché l'éventail de leurs produits, des fromages frais ou affinés aux poissons des étangs de Dombes, en passant par les vins tranquilles et effervescents, et valorisé leurs onze appellations : volailles de Bresse, vins du Bugey, AOP comté, bleu de Gex, beurre et crème de Bresse, etc. 

Restauration de qualité

Habillé de couleurs dynamiques et de magnifiques photos de producteurs, l'espace de l'Ain a attiré de nombreux visiteurs, qui se sont informés, ont testé, ont acheté et, pour celles et ceux qui avaient pris la peine de patienter, ont dégusté les menus « made in Ain » du restaurant Saveurs de l'Ain. Proposant une restauration de qualité et un repas complet le midi, celui-ci n'a pas désempli pendant toute la durée du salon. Ce sont 180 repas en moyenne qui ont été servis chaque jour. Orchestrée par Stéphane Prévalet, chef du restaurant Mets & Vins à Bourg-en-Bresse, l'équipe de cuisiniers et de serveurs n'a pas ménagé ses efforts. Bon point pour le menu tout poisson : entre la fraîcheur de l'assiette de poissons de Dombes (carpe de Dombes fumée, truite fumée et rillettes de carpes), en entrée, et l'onctuosité de la mousseline de carpe de Dombes, sauce Nantua, en plat principal, les papilles étaient en éveil. La terrine de foies de volaille fermière de l'Ain et ses girolles au vinaigre, suivie du poulet de Bresse sauce crème de Bresse et crêpes parmentières, ont pu tout autant ravir les amateurs de plats " carnés ". Le tout arrosé d'excellents vins du Bugey, en blanc et en rouge. Ce couple de région parisienne venu avec son petit-fils ne regrette absolument pas s'être arrêté par ici. Pas de menu enfant pour le petit : il fallait qu'il goûte la volaille de Bresse !

Démonstrations culinaires

Le jeudi était la journée de l'Ain. Durant toute la journée, les chefs Marc Jocquel, du restaurant Le Petit Mézériat, et Nicolas Morelle, du restaurant Voyages des Sens à Treffort Cuisiat, ont enchainé les démonstrations de cuisine à base de produits de l'Ain. Agneau sur pain de mie au maïs et sa gelée de cerdon ; mousse de bleu de Gex à la bière artisanale de l'Ain ; assortiment de carpe et d'escargots ou encore volaille de Bresse au comté et crème de Bresse, les prestations de nos deux cuisiniers ont attiré un public curieux et nombreux. « C'est une belle vitrine pour mettre en valeur un produit local qui ne s'exporte pas beaucoup. 3500 agneaux Gigotin sont vendus chaque année. Nous recherchons des éleveurs, car nous n'avons pas assez d'agneaux pour fournir nos débouchés. Et dans le même temps, nous cherchons aussi à conquérir de nouveaux consommateurs. Nous travaillons sur l'haché d'agneau pour atteindre une cible plus jeune », témoignait l'animateur de la filière Gigotin, Nicolas Girard. En accompagnement des démonstrations, les représentants de chacune des filières de production étaient invités à assurer la promotion de leurs produits et de leurs nouveautés. En fromages, on pouvait découvrir cette année, le Suprême Bresse bleu et les Bouchons bressans. Il y avait également les rillettes de carpe, qui ne sont pas une nouveauté, mais qui entraient pour la première fois au concours général agricole, à titre expérimental. Ainsi que les médaillons de carpe, du Fumet des Dombes, qui a reçu le prix de l'innovation lors des assises de la pêche et des produits de la mer en novembre 2017.

Sébastien Duperay

 

INAUGURATION

Lors de l’inauguration du stand de l’Ain, Michel Joux a insisté sur le niveau exceptionnel des produits départementaux. « Les agriculteurs sont amoureux de leur métier. Ils traversent une crise qui touche toutes les productions, mais il faut rebondir pour être de plus en plus compétitif et continuer d’avoir des produits de qualité », a déclaré le président de la chambre d’agriculture. Jean Deguerry a, quant à lui, redit que le Département continuerait de soutenir à ses agriculteurs. « Si nous sommes au Salon de l’agriculture, c’est grâce à nos agriculteurs. Le Département reste à leurs côtés et l’a montré lors des épisodes de gel, de grêle et de sécheresse », a souligné le président du conseil départemental. Et de poursuivre :« nous sommes présents ici aussi pour faire reconnaitre le département sur tout le territoire et encourager nos viticulteurs, nos éleveurs, nos pisciculteurs qui n’ont pas des métiers faciles », faisant allusion « aux attaques » dont ils sont les victimes, avec « le Mercosur » ou « la nouvelle carte des zones défavorisées simples qui met à mal l’agriculture en haute Bresse ».

 

672 568

C’est le nombre de visiteurs qui se sont rendus à la 55e édition du salon de l’agriculture, soit 50 000 de plus qu’en 2017. Une fréquentation proche de 2015 (691 000) mais inférieure au record de 2014 (703 000). A noter également les 40 visites officielles et 68 délégations étrangères présentes du 24 février au 4 mars Porte de Versailles à Paris.

Mots clés : SAVEURS DE L'AIN AOC DE L'AIN